Zur Navigation | Zum Inhalt
Advertisement
Non au démantèlement de la clinique du Haras National

 

Alors que la population a manifesté, par deux fois, en 2010 et 2014, son soutien au Haras National d’Avenches (HNS) et au maintien de la place du cheval en Suisse (tout particulièrement dans l'agriculture), voici que l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) frappe les éleveurs, à l’aube des vacances d’été, de manière particulièrement insidieuse. Via Agroscope, l’OFAG va en effet supprimer les subventions de la clinique de reproduction et 7 postes, dont ceux d'éminents vétérinaires, vidant littéralement le Haras de sa substance, ce après le licenciement de son directeur en avril dernier.

Reconnu loin à la ronde, le HNS encourage une détention et un élevage des équidés conformes à leurs besoins et respectueux de la législation. Sa clinique, l’ISME (Institut suisse de médecine équine) est un centre de reproduction renommé à l’échelle européenne, qui dispense des conseils de pointe aux éleveurs et détenteurs de chevaux, grâce à une équipe de vétérinaires, éthologues, soigneurs et techniciens très compétents et au bénéfice d'une expérience introuvable ailleurs en Suisse.

L’on pourrait citer, parmi de nombreux exemples, celui de Toulon, étalon belge mondialement célèbre, déclaré infécond et confié aux bons soins de la clinique par son propriétaire, Luc Tilleman. Grâce au savoir-faire des vétérinaires du Haras, plus de 600 poulains de Toulon ont vu le jour dans toute l'Europe !

Sous sa forme actuelle, l’ISME est absolument indispensable aux éleveurs de chevaux de toutes races, mais aussi aux tâches générales dévolues au Haras (biodiversité, formation, manifestations, etc..). La colère gronde en Suisse, en particulier en terres vaudoises, d’où les efforts parlementaires aux Chambres fédérales avaient conduit à l'inscription du maintien du Haras dans la Loi sur l'agriculture au 1er janvier 2014 (Art. 147).

La filière a déjà retroussé ses manches : elle se mobilise contre toute forme de démantèlement et exige le maintien de la clinique sous sa forme actuelle.

En 6 jours, plus de 540 personnes ont publié le texte de soutien sur Facebook et le mouvement citoyen compte à présent plus de 5500 membres en terres romandes.

Si l’OFAG espérait pouvoir faire de notre Haras national d’Avenches un bureau vide de sens et de substance en toute discrétion, l’on peut d’ores et déjà affirmer que la manœuvre a bel et bien échoué.

Marie Majkowiez pour le GSFES

(Groupe de sauvegarde de la filière équine suisse)

Diese E-Mail-Adresse ist gegen Spam-Bots geschützt, Sie müssen Javascript aktivieren, damit Sie es sehen können

https://www.facebook.com/groups/565538410185471

021 881 57 07

079 938 64 63